Transmusicales – Rennes (04/12/2015)


Trans15_DralmsSamedi, 10h15. Dehors, aux abords de St Anne, un accordéon égrène des notes dégoulinantes et nostalgiques. Quelques bourrés de ci, de là. Les mouettes ronchonnent. Réveil désordonné, sans unité aucune, signal sans aucun doute, qu’il est temps de se réveiller et de remonter la chaîne des rêves imbriqués de la soirée. Salaud de Christopher Nolan. Foutu Jean-Louis Brossard. Lendemain de Transmusicales, on jure qu’on vous y prendra plus et l’année suivante, c’est la même. 34 ans, les os craqués, la morgue en berne, les yeux délavés. On se fait vieux putain. « Jamais, Plus Jamais » .

La veille, le soleil cognait, le thermomètre pointait 13°c pour un mois de décembre et, #Cop21 ou pas, on avait aussi chaud qu’à La Route du Rock été. Plus de saison, je vous dis. Après les palpations d’usage, on retrouve le Hall des Expositions. En mode sénior, arrivée à 21h30 sur place, en mode 2.0, un peu snob, coupette de champagne payée en Cashless. Lou Reed chiale en haut, parce qu’il aurait bien voulu vivre ça. Avant de démarrer, grosse sortie straight à l’adresse d’un petit groupe qui enchaine les clopes. « On fûme pas à l’intérieur! » Gros échec aussi, silence gêné. Dans mon malheur, je ne serai pas tout seul et bientôt rejoint dans ma croisade par un vigile du Hall 8 qui ne lâche rien et reprend chaque badaud splif et clope au bec.

Binkbeats (Hall 9) – 22h

Posés dans les gradins, on profite des deux/trois premiers morceaux. Verdict : très bons. Multi-instrumentiste bluffant, le mec se réapproprie pas de mal de répertoires (jolie cover de « Default » d’Atom For Peace, à écouter plus bas). La bière réchauffe nos coeurs, on descend dans la fosse. On se morfond, on languit. Tout devient plat, plus lent, plus chiant. On piétine, on s’ennuie, finalement. Verdict bis : encouragements, des connaissances certes, mais doit vraiment mieux faire. Refill de bières et on file à Son Little.

Son Little (Hall 8) – 23h

Fat friday, Black friday. Release Party. Les vendredis, il se passe toujours quelque chose Outre-Atlantique. Pour le chanteur/guitariste américain Son Little, c’est pourtant au Hall 8 qu’il célèbre la sortie de son nouvel album Son Little. Démarrage plutôt enthousiaste avec « The River » , « Your Love Will Blow Me Away When My Heart Aches » et « Cross My Heart » (toutes parues en 2014 sur l’EP Things I Forgot). Beaucoup de Wah-wah, de Soul, de sucreries pour les oreilles. « Sweet » me dis-je dans un premier temps. « Amazing », « Lovely » dit-on là-bas. « Cheesy » , dirait-on de ce côté-ci. le nouveau Marvin Gaye ne nous emballe pas vraiment sur la durée et on préfère se positionner pour Totorro.

Totorro (Hall 3) – 23h40

Les gars du cru. Leur premier album Home Alone (sorti en 2014) est une pépite Math-Rock made in France (Voir Sur la Platine du Bazar #36 >>>). A l’occasion de leur passage aux Trans, les rennais invitent tous azimuts, à commencer par Emile Sornin, le génial monsieur derrière le projet Forever Pavot (On vous en a déjà parlé, si si : la chronique de l’album >>> / de son concert à la Maroquinerie >>>). On va pas y aller par 4 chemins : des trois dernières éditions, ce concert est le meilleur que j’ai pu faire. Technique, intensité, variation et les guiboles qui vous démangent. Tumulte dans la fosse. Ils démarrent pied au plancher « Festivalbini » , ils terminent en furie « Eric Colson » . Double Batterie, riffs tranchants, même une trompette, le tout servi avec une énergie qui brûle de connivence avec leur public.

Fango – Hall 9 (1h00)

L’exercice délicat de chroniquer un artiste Electro qui fait la même chose que tous les autres artistes Electro programmés en festival, sorte de soupe simili-House qui sert à tenir debout et à faire danser les gens qui ont déjà trop bu. Pas franchement d’intérêt musical, en tous cas, sur scène.

Vintage Trouble – Hall 3 (1h30)

Le moment Big Love. Le moment calin. Le moment où les américains débarquent et te font la leçon en Rythm’ n’ Blues. A chaque fois, on se dit qu’on se ne fera pas avoir si facilement, et comme à chaque fois, un petit bout de magie Fifties opère on ne sait trop vraiment comment, ni pourquoi. Et on se retrouve enlacé dans les bras de sa chérie. Non Elvis, Bo, Chuck et Richard ne sont pas morts. Ils sont juste coincés dans une faille spatio-temporelle par la faute d’Hollywood. Allo Doc? (Playlist « From R’n’B to Rock’n’Roll (45-59) » à écouter sur Spotify >>>)

Dralms- Hall 8 (2h30)

On avait découvert grâce à « Pillars & Pyre » , un single épuré, une musique qui ressemblerait au mix électrique de José Gonzalez et de Ben Howard. Sur scène, la formule patauge, peu servie, il est vrai, par le son du Hall qui ne se prête pas franchement à ce genre de musique, plus intimiste, plus viscérale. On a quand même réussi à déceler « Domino House »  et « Divisons of Labour » qui restent deux jolies petites trouvailles Pop obsédantes (Chronique à lire sur Indiemusic >>>).

4 Commentaires

  1. Patrice ARNAUD

    Bonjour,
    Je partage votre sentiment mitigé quant à la soirée de vendredi. Rien de renversant, hélas, pourtant on vient consentant…palme d’huile à Vintage Trouble, parfait pour le podium Bol d’Or. Alors Totorro, ouais, mais par défaut, re-hélas. Finalement c’est Fango qu’on est retourné voir, accents caliente tordus à la Guincho voire Meridian Brothers, certes apathique visuellement mais qui assume d’être plusieurs dans sa tête. Humain?

    • Bonjour Arnaud, merci de votre commentaire, effectivement, la formule des Halls Expo offre parfois de grosses scènes à des groupes qui parfois n’ont pas le niveau ou l’expérience pour jouer devant autant de spectateurs. Objectif #barsentrans l’année prochaine. A bientôt

  2. Ping : Les Chroniques Fainéantes #6 : Camera | Totorro | Tricky | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :