Oh No ou L’histoire d’un Mickael Jackson (presque) anonyme et bien en vie…


l'art du selfie : Je suis dans le cadre là frérot ou pas?

l’art du selfie : Je suis dans le cadre là frérot ou pas?

Le mec s’appelle Mickael Jackson, ça ne s’invente pas. Sauf que lorsque son illustre aîné bousculait la planète musique avec « Thriller » , celui qui nous intéresse ici, n’avait que quatre ans. A la télé, un homonyme fait danser les zombies, à la maison, son père donne de la voix. Enfin, plus que ça, le père de Mickael, s’appelle Otis Jackson et mène une honnête carrière de chanteur Soul R&B. Son oncle, Jon Faddis, est un trompettiste renommé, compagnon de route de Dizzy Gillespie, propulsé chef d’orchestre du Carnegie Hall Jazz Band entre 1992 et 2002. Va te faire une place entre tous ces cadors… un père rompu au business, un maître-musicien et le King of Pop. Urgence, trouver un nom de scène. Son frère, Otis Jackson Jr devient Madlib, lui, « Mickael Jackson, oui oui, c’est cela, comme l’autre » , se réfugie sous le pseudonyme de Oh No.

Il débute au tournant des années 2000, sous la protection de son grand frère, pour lequel, accompagné de son groupe Kali Wild, il signe quelques productions, notamment pour la sortie de l’album Soundpieces : Da Antidote de Lootpack (ça devient compliqué je sais, petit résumé : Lootpack est le nom d’un des groupes dans lequel officie Madlib – vous avez suivi, son frère donc, de 5 ans son aîné, déjà bien installé dans le milieu Hip Hop à l’époque). Dans l’ombre du frangin, il se fait progressivement une place au soleil, là, dans la famille de Stones Throw Records, qui sort son premier album The Disrupt en 2004. Encore quelques grigris à l’époque pour Lootpack, où il affine son style, agrémenté de samples en tous genres mêlant Jazz, World Music et Soul et il prend définitivement son envol.

La suite, c’est 10 ans de collaborations tous azimuts, qui l’amènent à produire en solo, à deux (j’y reviendrai) ou s’associer avec moults artistes du label, Aloe Blacc, Wildchild, MED, puis à élargir son horizon auprès de Juggaknots, Mos Def, Murs et plus récemment Action Branson, Talib Kweli, The Prodigy. Autant dire qu’en une décennie, le boy méconnu, à l’héritage un peu lourd, est devenu un pilier du label et l’un des producteurs Hip-Hop les plus courus. Une caution Underground, East Coast friendly, aux recettes chamarrées, aux influences multiples, en témoigne son album Dr. No’s Oxperiment (2007) entièrement réalisé à partir de samples de musiques turques, libanaises, grecques ou encore italiennes. On retrouve notamment sa patte à la production du titre « Suppermagic » en ouverture de l’album The Ecstatic de Mos Def.

En parallèle à son activité de producteur, il forme en 2010 avec son acolyte The Alchemist, le duo Gangrene : ils sortent deux albums remarqués Gutter Water (2010) suivi de Vodka & Ayahuasca (2012) avant d’atteindre la « consécration » du gamer forcené qu’il est, en signant la production, toujours avec The Alchemist, mais accompagné pour l’occasion de Dj Shadow, de la bande son du jeu Grand Theft Auto, Vol.II. Les deux remettent le couvert en 2015, en annonçant la sortie de Welcome To Los Santos (GTA Vol.V) conviant des artistes dont l’horizon dépasse très largement le Hip-Hop, tels que Future Islands, Wavves, Phantogram ou encore Ariel Pink. Le projet est une sacrée réussite, preuve par l’exemple avec le titre « Play It Cool » :

Je ne serais pas tout à fait complet, sans vous indiquer sa discographie personnelle, tout aussi riche, débutée en 2004 avec The Disrupt, poursuivie avec Exodus Into Unheard Rhythms (2006), Animal Serum (2014, re Duo cette fois-ci avec Prince Po) et le clinquant Disrupted Ads (2013), album qui me l’a fait découvrir. Ce dernier est le plus abouti avec quelques titres qui explosent les codes et le genre du Hip-Hop en versant ouvertement du côté de l’Electro et du Jazz : je vous recommande le titre « Same Shit » , petit brulot à la production incroyable où les invités Rapsody et Psalm One s’en donnent à cœur joie ; On monte le son très très fort et on profite:

Bonus, pour ceux qui voudraient aller plus loin dans l’exploration de la production géniale de ce Mickael Jackson anonyme, on vous a préparé une petite playlist de 20 titres, à écouter sur Spotify/Deezer:

2 Commentaires

  1. Ping : Hip-Hop & Beyond | Rentrée 2015 | Le Bazar

  2. Ping : Top Albums 2015 | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :