To Kill A King – To Kill A King (Express)


To Kill A King

Faire sauter les têtes couronnées est un sport ancien au Royaume-Uni. Dans le Temps, on mettait à mort son roi, parce que le cours des choses allait ainsi, pour servir tel destin politique, par accès de folie ou simple divertissement, bref on décapitait gaiement. La candeur de la chose s’en est allée, heureusement, on a toujours Game Of Thrones pour faire semblant.

Tradition britannique, disions-nous, qu’on pensait perdue à jamais, mais qui perdure, tout du moins dans la symbolique et l’ironie irrévérencieuse, grâce à nos joyeux To Kill A King. 5 mecs dans le vent, en provenance de Londres, qui forment un groupe de Néo-Machin-Pop et viennent de livrer, en cette fin février, leur deuxième album, éponyme pour le coup.

Alors rien de révolutionnaire, mais un album Good Feeling de Pop estampillée nouvelle génération avec des accents assez proches de Dog Is Dead (potos de tournée) et Bastille (autres potos de tournée). Ils empruntent également à l’extérieur du Royaume, en piochant dans les bonnes recettes Pop californiennes (The Morning BendersLocal Natives) ou les fraîcheurs continentales (Concrete Knives) – à moins que ce ne soit le contraire. Leur bonne humeur en devient même parfois suspecte à tel point qu’on doute qu’ils n’aient jamais connu l’amère expérience des Rainy Days à l’anglaise.

Voici donc le bon élève du club des groupes qui ne cherchent pas nécessairement la finesse de la mélodie, ni même l’émotion, mais plutôt ceux qui célèbrent la convivialité, la Lager bien fraîche sur la plage et comblent les créneaux des programmateurs de festivals. Trêve de mesquineries… parce qu’on a bien aimé « The Chancer »  qui ressemble à s’y méprendre à du Jonathan Boulet (le cousin du Commonwealth du club précité, le plus doué également, lire la chronique par là >>>), « Oh My Love » et ses cuivres qui rappellent feux-les-gars-géniaux de Rubik (je vous conseille par ailleurs la version live qui est parfaitement efficace) et enfin « Compare Scars » (j’adore le titre de cette chanson), tout en rondeur et emplie de cette perfidie tubesque qui vous prend par derrière (à mettre dans la playlist de l’été sans trop tarder).

Bonne écoute.

To Kill A KingTo Kill A King – Xtra Mile Recordings est en écoute sur Spotify/Deezer/Rdio et en concert le 23 mars prochain au Nouveau Casino.

Un commentaire

  1. Ping : Sur La Platine du Bazar #29 | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :