Hanni El Khatib – Moonlight (Express)


Hanni El Khatib3

Hanni El Khatib est un enfant de sa génération. Ancien directeur artistique pour une marque de Skateboard (HUF) du côté de San Francisco, le jeune loup de 34 ans transpire la coolitude californienne. Une certaine idée du Rock, Arty et gominé, un supplément d’âme au Sunny Way of Life, Ray-ban sur le nez et tatouages à l’avant-bras.

On est loin du Punk à la sauce anglaise, à bonne distance du Garage Rock des The-quelquechose. C’est plutôt l’itinéraire d’un rejeton du Blues, tendance mauvais garçon (en apparence), qui voudrait suivre le chemin de Papa John Spencer (Blues Explosion). Deux albums au compteur, un premier, au son brut et aiguisé de fraîcheur, le second merveilleusement produit par tonton Dan Auerbach (The Black Keys).

CV potable, me direz-vous. Hanni a son label (Innovative Leisure – plus d’infos par là), une belle gueule et un sens du groove au-delà de la moyenne. Le petit plus. Alors finies les années Junior, il vient de sortir son troisième album (Moonlight, Innovative Leisure/Because) en ce début d’année et nous ressert de cette potion Rock ensoleillée, grisante et fidèle à ce qu’il sait faire. Alors oui, Moonlight ne remet en cause ni le genre, ni le gaillard. Mais à y regarder d’un peu plus près, on notera des efforts de composition et des sacrés jolis petits bouts de Rock.

Au rayon des réussites, « Moonlight » et sa petite ritournelle en guitare claire, son refrain Anti FM, boosté par des synthés qui grincent comme un V8. « Chasin’ » suit la même courbe mélodique, où l’on retrouve un crooner perdu sur le terrain glissant de la Pop, qu’il arrive admirablement à tenir sans vaciller. « Mexico », réjouissance Rock, tout à fait classique, qu’on aurait aimée encore plus foutraque, plus hispanisante, plus solo, mais qui fait le job aussi bien qu’un vieux Black Keys. Mention spéciale enfin pour « Two Brothers« , qui flirte ouvertement du côté de la série B américaine (La Croisière s’amuse, si si…) et ses cordes entre Disco décrépissant et Yéyé flamboyant. Surpris, on l’est, au départ de ce gimmick chaloupé pour finir un mojito à la main, un cigare à la bouche, au volant d’une Cadillac qui fonce tout droit vers les contreforts du rêve américain. Là où sûrement la vague psychédélique a fini par déferler.

Hanni El KhatibMoonlight – Innovative Leisure/Because Music en écoute sur Spotify/Deezer/Rdio

En tournée française (à compter du 26 février) / Concert à la Gaîté Lyrique le 4 Mars prochain

Un commentaire

  1. Ping : Top Albums 2015 | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :