Fuck Buttons – La Machine (29/05/2014)


OLYMPUS DIGITAL CAMERAFuck Buttons, c’est l’aridité d’une terre brûlée, éteinte, mêlée au charmes du complexe industriel. Un minimalisme forcené qui chahute dans les soubassements pour « sous-poser », par couches successives et dévastatrices, les fondations d’un nouvel ordre sonore (je suis sûr que H.Krasucki aurait adoré ma définition).

Plus trivialement, on dirait qu’on ferait la révolution musicale, et comme on est dans les années 2010, ba, on a essayé de rendre ça un peu plus sexy : L’habillage est modernisé, mais la technique du martèlement reste de mise. Le bleu de chauffe et les chaussures de chantier sont remplacés par des jeans Diesel et des Vans, mais l’esprit reste le même. Tabula Rasa. Pour reconstruire, il faut des pionniers, des « piqueteurs » et des bâtisseurs (bon des banquiers également mais ça cadre pas trop là…).

Parce qu’il était écrit qu’un fan de Aphex Twin et un fan de Mogwai (leur premier album sera d’ailleurs produit par John Cummings, guitariste de Mogwai) se rencontreraient pour remettre un peu d’ordre dans ce bas-monde, ils fondèrent Fuck Buttons en 2007. 3 albums au compteur, Street Horrrsing (2008), Tarot Sport (2009) et Slow focus (2013), tous signés chez ATP Recordings. Le dernier est une petite merveille d’Electro-ambiant à la densité incroyable.

En l’occurrence, ce soir (une énième fin du monde…), pour prêcher la bonne parole en terres parisiennes, on profitait du duo d’architectes Andrew Hung et Benjamin John Power à la Machine du Moulin Rouge (Rouge, oui Monsieur!, vous parlez d’une coïncidence…).

Fuck Buttons - La Machine2014 - B

Voilà pour les acteurs. Passons au tableau de la soirée. Une salle assez hétéroclite, trentenaires, badauds et jeunots qui veulent se faire mal aux oreilles. Un jour férié, une veille de pont, autant dire qu’au bar ça enquille et que le duo est très largement attendu. De mon côté, j’étais resté sur ma faim à La Route du Rock 2013 ( >>> lire les reports), en ce sens que les conditions du live n’étaient pas optimales et m’étais juré de les revoir dans un endroit plus confiné, plus adapté à leurs brûlots électroniques, qui méritent presque, un cercle délimitant comme pour mieux apprécier les souffles de liberté qu’ils distillent subrepticement dans leur univers confiné, en expansion concentrique.

Si le début du set est poussif (« Brainfeeze » peine à me convaincre), la suite est sans concession, avec la délicate « Sweet Love For Planet Earth » et un « Stalker » dévastateur : Rebondissements rythmiques, au dessus desquels les ondulations électriques prennent leur envol dans un foisonnement mélodique (si, si j’ose ce mot pour Fuck Buttons).

Parvenus à l’étiage, les mecs ne trouvent rien de mieux qu’enfoncer le clou avec la sublime « The Red Wing« , petit bijou qu’ils rendent à la perfection, notamment avec une sensibilité sans pareille sur les samples vocaux et de flûtes en introduction. Le concert est alors définitivement lancé et les architectes en chef se lancent dans une succession assourdissante :

« Sentients » dont les bouffées au flanger et les percussions (légèrement indiennes, on croit décéler des tablas mridingum) font merveille, puis « Surf Solar » où le public se déchaîne (surtout la petite troupe Gay à proximité) et la sublime « Hidden XS« , mix parfait entre un gimmick à la Mogwai, pris dans un étau indus à la NIN avant que tout n’explose dans une déflagration « englobante ».

A peine plus d’une heure de concert, et pourtant le sentiment d’avoir pris une dose de sons pour la semaine tellement ce groupe surajoute des couches saturées qu’ils lient au travers de fils mélodiques nostalgiques ou rythmiques tribales envoûtantes. Avec des mecs comme çà, la révolution on la fera tranquillou…

Slow Focus est en écoute sur Spotify/Deezer/Rdio 

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :