Dead Meadow – Warble Womb


Dead Meadow_Warble Bomb

Jim Morrison s’y engouffra et finit par se brûler les ailes. Les Portes de la Perception, Mec! La mescaline, le LSD et toutes ces merveilles chimiques et autres psychotropes du XXème siècle se sont évaporés. Fallait donc écouter le camarade William Blake « If the doors of perception were cleansed everything would appear to man as it is, infinite… »(*). Le poète parlait de purification. Inutile désormais de se gaver de substances en tous genres,  il est des raccourcis qui y mènent sans trop de turbulences. Les luminaires étranges, l’escalier de Penrose et ces enchevêtrements facétieux de formes géographiques impossibles qui s’immiscent dans ton esprit fécond, nourri à la SF, oubliés! Ces portes-ci se dressent à l’approche d’une masse infranchissable, à l’air pur, Les Appalaches.

Imagine toi, à quelques encablures de D.C. ou de Charlotte. Oublie toute peur du vide. Il y a là Jason Simon, cowboy moderne un rien Hips  le genre de bon gars dévoué, explorateur aguerri qui guide tes pas de sa voix paresseuse. Là où les usines désaffectées ont fini par se fondre dans le décor (Une Dead Meadow) il s’est posé et égraine quelques arpèges métalliques sur une guitare au bois vieilli. Il flottent dans l’air comme d’instables échos vengeurs dans cette vallée où jadis les maîtres des forges industrielles régnaient.

Les portes de la perception, il faut s’y engouffrer pour un trip agrippé à la matière minérale dans le vertige ascensionnel d’une musique ombrageuse et insaisissable. Le sol se dérobe parfois et la ligne de crête (du Mont Mitchell et du Washington) se dessine à mesure des entrechocs d’une basse souterraine. La roche est composée de sédiments Rock datant du quaternaire Seventies. Elle s’est formée dans le temps long, après les déflagrations du Black Sabbath et de Pink Floyd. On parle des temps anciens et pour toi, Ozzy Osbourne, le « prince des Ténèbres » est avant tout connu pour ses fulgurances comiques et ses frasques familiales sur MTV.

Dead Meadow_Rois Mages

Revenons à notre randonnée. Dead Meadow te sort la tête de l’eau et t’emmène respirer le bon air du dehors. Le blues est maladif, il se cache dans les détails et les balancements, dans un rythme pataud. Cette musique est sèche, se meut en circonvolutions, puis s’enflamme. « 1000 Dreams » : Un riff qui tourbillonne jusqu’à te donner le vertige. Des interludes de facture Hendrixienne, aux couleurs Folk se glissent entre chacune des envolées « Mr Chesty« , « Warble Bomb I« .  « Yesterday’s Blowin’ Back » a ce timbre lunaire, psychédélique (première occurrence du mot en 2014, comptez bien!), un rien crado, qui te met en appétit pour le reste de l’album. Des faisceaux de guitare, des pistes surajoutées qui se contorsionnent et t’apaisent.

Les gars sont capables de tout. Comme faire tomber la pluie en plein désert : « Rains In The Desert » et sa basse clinquante te hanteront pour quelques heures dans une fumée épaisse, aux effets hallucinatoires, aspirations pleines et entières d’un mirage musical qui joue à plein. Mais Il te reste encore bien des distances à parcourir. Rassure-toi, les gars ont pensé à toi. « All Torn Up » te fait l’effet d’une substance euphorisante et énergisante. Ton pas se cale sur les syncopes d’une musique qui t’a aspiré. Aucun risque, on ne parle que de notes addictives.

Si malgré tout, t’as encore peur de t’ennuyer, tu peux toujours tenter l’expérience littéraire, Les Portes de La Perception par Aldous Huxley (Wikipédia >>>)

Dead Meadow Warble Womb (Xemu Records) est en écoute sur Spotify/Deezer/Rdio

(*) William Blake In Le Mariage du Ciel et de L’enfer (plus d’infos par ici).

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :