Timber Timbre – Trabendo (12/12/2013)


timbertimbre

Un petit bout de Canada intra-muros. Carton d’invitation signé Arts & Crafts, envoyé depuis l’insidieuse Toronto. Il fait un froid de pelé à la terrasse du Trabendo, c’est décembre et comme chaque mois de décembre, la bière a un goût surgelé et le stand « Burgers & Buns » est pris d’assaut. Monde de merde me diriez vous, mais non, mais non, pas tant que çà!

Arts & Crafts invite ses jeunes pousses et quelques confirmés pour une soirée WinterCamp. On ne se parle pas de virée en forêt, chaussettes en laine et pipeau dans les bois. Non, on est loin d’un trip à la Moonise Kingdom. Plutôt, un joli plateau et quelques têtes d’affiche aguicheuses parmi lesquelles The Darcys et Timber Timbre. Concernant les premiers, je vous renvoie à la chronique de leur album AJA (à lire par ), passons directement aux seconds, Timber Timbre mené par le mystérieux Taylor Kirk.

Quoi de mieux qu’invoquer un blues du delta, enrubanné dans une folk à la Leonard Cohen, brasero de l’âme hivernale, qui crépite encore, encore un peu lorsque le brouillard givrant recouvrera presque tout à fait la chose musicale (NDLR : Eh dis donc Jean-claude t’en fais quoi de la concordance des temps!?)

Assez du décor, parlons un peu des hommes. Taylor Kirk a le physique d’un tueur en série. D’abord j’ai pensé à Guy Georges, mais un voisin inspiré me rappelle que ce dernier est un métis franco-américain, noir de peau. Judicieuse remarque, je me rabats alors sur un parallèle mesquin, disons Emile Louis, mais en plus jeune. Quelque chose entre un Geek, à la chevelure improbable et un psychopathe capable de toutes les monstruosités. La chose n’enlève rien à l’humilité du gars et son implacable talent. timbertimbre3

Assez du physique, parlons un peu musique. Le trio installe progressivement sa Pop-folky-country-blues dans un océan de fumée et de noirceur. Le tableau paraît sombre comme çà, mais Taylor se démène et assène ce chant liquoreux, façon crooner intouchable à la voix fragile. Aucune lubie, plutôt un sérieux de l’intention, à faire de sa musique l’unique élément de communication. Le genre de mec qui se met à entonner une grille 1/4/5 un rien vieillotte et qui vous retourne le bide en un rien de temps. A ce petit jeu, « Demon Host« ,  « I Get Low » ou encore « Lay Down In The Tall Grass« , par leur perfection minimaliste vous forcent à tendre l’oreille. Il y a dans ces compositions un groove atteignable seulement dans les silences, le binaire en trompe-l’oeil.

On touche à quelque chose de plus violent, malsain, lorsque la bande attaque « Woman« . Des claviers triomphateurs et apocalyptiques annoncent une entrée en fanfare. Et puis boom on glisse sur un phrasé Fifties, un exercice respiratoire et cadencé qui ressemblerait à un standard d’Elvis Presley refroidi, ralenti, qui pourtant garde toute sa chaleur et sa suavité, comme à peine enrobées.

Les tubes sont au rendez-vous. « Bad Ritual » et la fameuse « Black Water » dont le refrain fainéant « All i need is some sunshine » a des airs d’hymne désuet, comme inspiré par ces temps de crise, défait de toute mièvrerie. Le trio s’accorde même quelques incartades avec l’indienne « Until The Night Is Over » et sa petite ritournelle qu’on croirait extraite d’un film psychédélique qui finirait en incantation égoïste (« I just wanna change your mind »).

Palette de sons uniformes, à bonne température, glaciale. Et pourtant aucun ennui, plutôt un sentiment d’assurance et de réconfort. Celui qui traverse, se glisse dans la gracieuse « Creep On Creepin’ On ». Au ras-du-sol, les latitudes moyennes ressemblent à des sommets enchanteurs et l’on vient tout juste de redescendre. Fin de concert. Normales saisonnières dehors. Le froid a la langueur délicieuse ce soir. Savoir-faire canadien probablement.

Timber Timbre est en écoute sur Spotify/Deezer/Rdio

Un commentaire

  1. Ping : Timber Timbre – Hot Dreams (2014) | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :