Route du Rock 2013 (16/08/2013) – Day 2


>>> Vous avez raté un épisode? Retrouvez le compte-rendu du Day 1 de la Route du Rock >>>

Soirée de repos ou presque. On saupoudre les énergies et les concerts sur les deux derniers jours restants de la Route du Rock. Godspeed You! Black Emperor en ligne de mire. Pour attendre, se détendre, Jackson Scott Woods et Efterklang sur le chemin. Arrivée un peu tardive oblige, on n’a pas pu profiter du premier, quant aux seconds,  Woods, on connaît leur pop-folk rafraîchissante et naïve, celle de Bend Beyond, mais de grâce la sieste c’est sacré!

Efterklang

21h, retrouvailles avec Efterklang, qu’on avait croisé au Nouveau Casino au printemps 2010 à l’occasion de la sortie de Magic Chairs. Les Danois sont en formation plus restreinte cette fois, exit les cuivres. Casper Clausen a toujours autant la classe dans son costume blanc cassé, nœud papillon pour l’occasion. Le set est particulièrement sobre et le groupe ne dévie pas d’un pouce de son écriture et de son authenticité. Pour notre plus grand bonheur. Ils puisent allègrement dans leurs précédents albums, en témoignent la sublime « Frida Found a Friend » (tirée de Under Giant Trees, 2007) ou encore « I Was Playing Drums« (tirée de Magic Chairs). S’il manquera toujours à ce groupe la capacité à « performer » sur scène, ils entretiennent une fidélité inaltérable avec leur public et une constance dans leur choix artistiques. Jamais évidents, toujours en balance, mais la « voix » des lignes épurées, des consolations sous forme de choeurs mêlés et excentriques. On les recroisera pour sûr. Bien que les scandinaves n’ont pas accroché grand chose dans leur paquetage, ils saluent respectueusement les festivaliers sur un « Black Summer » de circonstance et vont se faire une petite place, quelque part, tout impatients, comme nous, d’assister au concert des montréalais de Godspeed. Attendons donc un peu!

Allah-Las débute entre-temps sur la scène des remparts. Je me dois ici de faire un point orga. : J’espère que les dieux du Bon-sens s’attarderont un peu sur la direction du festival. A chaque alternance de scène c’est la même, goulot d’étranglement et impossibilité de goûter un tant soit peu la scène. Suggestion : mettre un retour son sur la grande scène et à l’arrière de la régie pour que l’on puisse profiter au moins de la performance des groupes.

Pour revenir sur le groupe en tant que tel, on a affaire ici à un combo très sixties, qui ne chante pas franchement avec beaucoup de grâce dans un son très Velvet Underground. Dans un voyage de 10h vers l’Arizona, on se passerait l’album avec plaisir, mais on n’irait pas voir beaucoup plus loin. La douze-cordes brise la glace, incite à quelques manivelles psychédéliques, mais pas nécessairement plus.

Godspeed You! Black EmperorDonc, arrivé ce point, l’exercice est toujours extrêmement délicat. Godspeed You! Black Emperor nous disions. Foule massée devant la grande scène, une demi-heure avant l’heure fatidique. On sent la crispation et l’impatience. Efrim grimpe sur scène et amorce ce bourdonnement céleste, multiforme, sonique, auquel viennent progressivement se mêler contrebasse, violon, basses et guitares. 10 minutes d’introduction (En font-ils un peu trop parfois!?) et Mladic déboule. Force abrasive, violence pure, la pièce est détricotée, presque ralentie. On plie l’échine devant les coups de semonce descendus du ciel, ces décharges explosives qu’un thème à la basse catapulte dans les hautes sphères à mi-chemin.

Les thèmes s’enchaînent avec toujours autant de solennité, je crois déceler par endroits les guitares de « Moya » (tirée du sublime et intemporel Slow Riots For New Zero Canada) avant qu’ils n’entament un final de 20 minutes (normal, me diriez vous) sur le thème de « 09-15-00« . Moments de suspension et de flottement, on se laisse porter par les cadences furieuses d’un groupe qui impose sa musique par la force des sentiments qu’elle provoque. Une fois de plus (lire la chronique du concert de 2010), je me refuse d’aller plus loin dans la description. Il est des choses sur lesquelles les mots n’ont plus franchement de prise.

Zombie Zombie vient détendre légèrement l’atmosphère. Percussions puissantes, rayons gamma synthétiques, voix vocodées, des morceaux à la dure de 20 minutes qui poussent le public à bouger. Basses hypnotiques pour une performance post-indus (ça existe çà?!) avant que le Rock ne reprenne ses droits avec Bass Drum Of Death.

Crédits Photo : Marina NguonLà,  on se parle d’un trio punk-rock dans la plus pure lignée des anciens (Black Rebel MotorCycle Club, Nirvana…) à l’énergie évidente mais à la technique limitée. Çà donne envie de se frotter un peu à la foule, mais c’est assez pauvre finalement. 4 Accords barrés et une distorsion plus tard, on ne s’est pas vraiment ouvert l’esprit, décongestionné les oreilles du brouhaha « Punky-Punk » gentillet.

Se ménager, maître-mot, en conséquence de quoi votre serviteur rentre avec sa belle avant même que TNGHT balance le son (vous nous racontez la fin?).

Vous pouvez également lire

– Route du Rock 2013 (17/08/2013) – Day 3

– Route du Rock 2013 (15/08/2013) – Day 1

3 Commentaires

  1. Ping : Route du rock 2013 (15/08/2013) – Day 1 | Le Bazar

  2. Ping : Route du Rock 2013 (17/08/2013) – Day 3 | Le Bazar

  3. Ping : Godspeed You! Black Emperor – Asunder, Sweet And Other Distress | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :