Queens of The Stone Age – Le Trianon (19/06/2013)


QOTSA - Live - 2013

La rumeur bruisse que Josh Homme était descendu en ville un peu en avance pour se mettre la mine avec les potos. L’histoire prenait un peu plus de poids, lorsque je croisai Hanni El Khatib au bar du Trianon, un rien perché. Les gaillards sont solides, ils auront bien le temps de décuver, Troy Von Leeuwen d’enfiler son plus beau costard.

Mec, le Rock à guitares c’est la combinaison exquise du tatouage, de la sueur et de la bière (rajoutez la mauvaise foi et vous avez le supporteur de foot). Réalité historique et culturelle, sociologique à laquelle les hipsters et marketeux (la victime consentante et l’exécutant fidèle des tendances) de tous bords tâchent de nous arracher, comme une révolution douce du Chici mici (mon coeur de Popeux brûle de culpabilité et crie sa trahison). Bref, les gardiens et fondateurs du Stoner débarquent Downtown et de là on se représente de mauvais garnements assagis, désormais caciques à l’embonpoint évident. Mec, tu vis dans les clichés.

30° degrés au compteur, un interlude entre deux orages au-dessus de nos têtes et une envie irrépressible de boire de la bière, de se cramer les oreilles. A l’intérieur,  la salle ressemble à une étuve bouillante d’où submergent des ilots de barbus et de rockeux en tout genre (l’image du « dixième » cercle de l’enfer…), un chaudron chauffé à blanc, près à s’encanailler. QOTSA - Keep Your Eyes Peeled

Le temps de briser le verre (expression désuète pour descendre une pinte) et « Keep Your Eyes Peeled » entame ses crispations froides et électriques, sublime son bourdon dans un rock tendu et lumineux. On est prévenu, on rentre immédiatement dans le dur. Pas même le temps des salutations d’usage que la fosse s’agite aux premières notes de « You Think I Ain’t Worth a Dollar« . Je reflue à trois mètres vers l’arrière. Mec, impossible de résister. Comme si les gars avaient décidé de nous achever, ils enchaînent sur « No One Knows » et « My God Is The Sun« , deux tubes qui se font concurrence à 10 ans d’intervalle. Comme une certaine idée du talent imperméable aux années qui passent.

Au rayon des surprises, 6 à 7 titres du dernier album  … Like ClorkWork qui prennent de l’ampleur en live. Je pense notamment aux balades « The Vampyre Of Time And Memory » et la chanson éponyme « …Like ClorkWork« , qui, bien plus marquées par le versant Psychédélique et Ceremonial rock des Queens, parviennent à se faire une place de choix dans la setlist. On retrouve le crooner malicieux qui se cache en Josh Homme sur « I Never Came« , cheminement rock inclassable qui figure sur le très bon Lullabies To Paralyse.

    Crédits Photo : Manuwino - http://manuwino.com/ - http://www.facebook.com/manuwino

Crédits Photo : Manuwino – Site Internet/Facebook

Au-delà du dernier album, les incontournables replongent la salle dans le défoulement : « Little Sister » et ses bouffées incisives à l’aigüe sur la fin (celles là même qui vous forcent dans des mimiques pas possibles du visage et des lèvres pour reprendre le gimmick guitare), la version longue de « I Think I Lost My Headache« , furie lente et maline, qui joue avec vos nerfs, pour les mettre en pelote. Le slide au Bottleneck révèle tout ce qu’il y a de plus malsain, vous pique le système cérébral avant de vous écharper dans son tourbillon final, crescendo maléfique et expiatoire. Puis la brutale « Song For The Dead » et son introduction batterie déréglée. Mec, là, tu lâches la rampe et tu gueules tout ce qu’il te reste. Je n’essayerai même pas de décrire cette chanson avec des mots.

Ils clôturent un set chargé avec « I Appear Missing« , chevauchée de brigands fiers et irrattrapables, bande-son parfaite pour un trip sous acides. Poursuite de rythmes cassés en discontinu, de solos grandiloquents et au milieu de tout çà, la figure de Homme, planté là, le corps à l’oblique, soldat impénétrable et serein, qui triture sa guitare (jusqu’à péter une corde, mais pas de quoi de freiner le gars…). QOTSA - Keep Your Eyes Peeled 2

Je ne me souviens même plus si on a eu le droit à « Go With The Flow » pour le rappel. Le temps de sacrifier une dernière bière aux divinités du Rock. De cheminer dans la torpeur ambiante, parmi les mines ahuries des spectateurs. Mec, tu pensais que c’était mort le Rock avec de grosses guitares?!

QOTSA - Like Clorkwork

Leur dernier Album …Like Clorwork est sorti chez Matador et s’écoute sur Deezer/Spotify/Rdio ou en live à l’occasion de la Release Party qui se tenait à The Weltern disponible sur Youtube.

2 Commentaires

  1. Ping : Notre TOP Albums 2013, c’est dans les vieux pots… | Le Bazar

  2. Ping : Le Rock avec des cuivres dedans! | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :