Microfilm – AF 127


Extraire une image au grain sublime, puis par rotoscopie, la repeindre, l’animer, l’enrichir. De diverses manières. La fixer en musique, comme s’y emploie Microfilm. Ce peut être des dialogues, des scènes du Cinéma des Années 50-70, quelques forfanteries d’une série noir & blanc ou encore une leçon de choses déroutante sur le « Processus de déshabillage du client » qui structurent les morceaux de leur dernier album AF 127. Quatrième du groupe de Post-rock français; certes ce dernier ne renouvelle pas nécessairement le genre, mais on apprécie sa densité musicale, le décorticage de ses successifs chapitres et les atmosphères glissantes et tendues qui nous font penser à du Don’t Look Back (époque Drunk In Your Arms) ou encore Cornelio Gama

Les 13 minutes de « Claude » s’étalonnent à mesure de ses variations :  Le cours à l’adresse de jeunes pousses prostituées en introduction, l’insidieuse montée en puissance et les nappes de silence, dans lequel le thème, même effacé, nous tient alertes. L’explosion à la sixième minute nous harcèle et nous dépose, lorsque terminée,  hagards, sur un terrain en friches. Passé le fracas, le morceau se reconstruit dans un univers minimaliste, ponctué par une basse saccadée, presque trop sage. De là, il n’y a rien à voir, juste peut-être s’approprier ce temps, ambiguë, ponctué par les ruissellements métalliques de la guitare.

« Icebar » est un morceau extrêmement clair avec ses guitares apaisantes, au travers desquelles on relie aisément les accords augmentés. En outro, une panacée folklorique, une ritournelle pop arrachée d’une  mauvaise radio de la Cotonbelt Américaine. D’où cela sort il et comment les faire cohabiter si naturellement?

On aime beaucoup également le duo « Rio » – « Beauregard » . La première d’où s’échappe une basse entraînante, des choeurs chaleureux, le sermon servi à un ripoux qu’on jure de « conduire à la potence », l’annonce d’un enfant à naître, une couleur d’été sublimée dans la Pop « métronomyque » de « Beauregard » qui la complète avec légèreté.

Album assez surprenant, qui travaille aussi bien en mode post-rock que sur des plages pop à l’univers cinématographique des films « d’époque » ou à l’ambiance décalée. Installez vous sur votre chaise longue, sirotez une bière et entamez votre balade sonore.

Microfilm sera en concert à Glazart (Paris) le jeudi 27 septembre prochain. Plus de renseignements par .

Un commentaire

  1. Ping : TOP 2012 du BazarMusiKal « Bazar MusiKal

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :