Vidéos #Février 2012 – Dis le avec des mots…


The Raptures – In the Grace of your Love

Ingrédients pour un tube « hype » parfait : Un ange blond un peu vieilli, des dégradés chromatiques, un gimmick guitare comme trois points de suspension et du déhanché hipster antisexy. Facile non?!

The Darcys – Josie

On vous avait déjà parlé de l’album reprise AJA des canadiens de The Darcys (lire notre chronique). Les 4 gars en remettent un coup avec le clip « Josie« , patchworks composés d’instantanés, bouts de vie linéaire d’une petite dizaine de femmes, qu’on imagine perdues à l’horizon de la trentaine. A la fin, ce n’est plus la caméra qu’elles remarquent, c’est votre regard qu’elles dévoilent et défient. Les mouvements sont secondaires.

Signal – Afterlife

Duo électro français qui, à l’époque où le roi « Justice » se meurt – ou trébuche au choix, reprend le flambeau d’une éléctro puissante et multifocale. Leur premier EP vient de sortir et on aime la diversité des titres qui le compose : Afterlife, single lourd et efficace, aux sons éclatés, marche dans les pas de Victory Walk tandis que Motorway 18 lorgne vers quelque chose de plus claire, plus évaporée avec son refrain qu’on imaginerait repris par Damon Albarn … « Honestly I don’t care about Who you are… 

Plus d’infos sur leur site : http://signal-music.com/

Mark Lanegan Band – The Gravedigger’s Song

Qu’il creuse, qu’il creuse encore et comble l’ennui. Dans une atmosphère à l’horreur un peu kitch et décalée, the Gravedigger’s song est tendue, prise dans la moiteur des lieux. Comme un joli souvenir des plus belles heures des Queens of the Stone Age. Si le reste de l’album semble un peu plus irrégulier, le titre qui ouvre ce Blues Funeral ouvre la voie à un enterrement de première pompe …😉

Farewell Poetry – As True as Troilus (une vidéo Soul Kitchen/Le Hiboo)

L’élégance de le sussurer, d’abord, avant de le recracher probablement, comme ça, dans un moment de fureur, dans un instant de grâce. Une voix subaquatique s’affirme posément, celle de Jayne Amara Ross.  Il y a dans ce poème au long cours, une lumière blafarde comme la promesse d’une aube resplendissante. Un chant intérieur, un soliloque fiévreux pour des expériences cinématiques quasi lugubres. Grand messe en quelque sorte, ça tombe bien, la captation a eu lieu à l’Église Saint-Eustache.

D’autres vidéos sur leur site : http://www.farewell-poetry.com/home.html

Un commentaire

  1. Ping : Notre TOP Albums 2012 « Bazar MusiKal

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :