Le Festival des Inrocks Blacks XS – La Cigale (04/11/11)


Article paru initialement sur le site Concertlive.fr  (lien direct vers l’article)

Laura Marling (son dernier album A Creature I Dont Know est paru chez V2)

Ecouter Laura Marling sur DeezerDu haut de ses 21 ans, elle tient la scène comme une vétéran, sereine, un rien sauvage.

Entame Rambling man pour envoûter, adoucir un public agité. Faire face, avec une 6 cordes et un petit bout de grâce ; L’image de la sobriété, comme 50 ans avant elle, Joan Baez, ensorcelait n’importe quel public.

Comparaison inéluctable, mais comment y échapper? Laura a le regard fuyant, mystérieux, les yeux, sans cesse, portés vers le ciel. Et de là, s’échappe un flot, tantôt insolent, tantôt malicieux, conduit par une voix au timbre érodé, poli. Tout y passe : tristesse, espoir, amusement…, peut être même un semblant de provocation, par petites touches.

J’espérerais la voir plus joueuse (ou me la représente comme telle), plus mordante, mais rien y fait, elle se tient là, impassible, concentrée sur la seule matière musicale.

Se succèdent Devil’s Spoke, Made by Maid (tirés de l’excellent I Speak Because I Can – Virgin Records 2010), Ghosts, chacun de ces titres interprétés avec une vraie intensité. Soutenue par ses 3 acolytes, à la contrebasse, batterie (le plus souvent joués aux fouets) et au banjo, Laura Marling développe un jeu de guitare créatif (piqués, glissés guitare/voix à l’unisson) pour accoucher de compositions folk plus traditionnelles. Une petite déception toutefois : on a été privés de The Muse ou The Beast, morceaux de choix issues de son dernier album.

James Blake – (Son premier album accompagné d’un second EP James Blake est paru chez Polydor UK)

L’enfant prodige en quelque sorte. Arrivée discrète sur scène pour le dernier concert de la soirée.

Unluck donne le ton du concert : Application, variations inusables autour de thèmes entêtants et ces fragments de voix difformes, hermaphrodites. Le trio use très peu de sa liberté et ne s’éloigne jamais trop des productions studio.

En quelques rares occasions (Limit to your love, I Never Learnt to Share), le petit génie se laisse aller et crée live : la première s’étend par nappes Dub jusqu’à déformer la mélodie initiale de Feist, la seconde, par ses voix bouclées et le jeu crescendo au synthé révèle une électro tempétueuse et mouvante.

Je suis surpris et curieux de la précision « métrique » du batteur. Grâce à une technique en « rebonds », il parvient à encrer cette musique économe dans un temps à la fois nerveux et accueillant. Terrain qu’on pense propice à toutes les expérimentations. Mais le bon élève James ne se risque pas complètement à exploser tous les codes qu’il a patiemment édifiés sur son album. Parfois, il revient à ses premiers amours, à l’image de CMYK, plus proche d’une électro club, qui enchante le public.

D’autres titres s’enchaînent sans trop de magie. A Case Like You, par exemple, ressemble furieusement à une balade piano d’un autre James.

Mais je me laisse encore le temps d’apprécier, de décortiquer cette musique (soit dit en passant le concert est en écoute sur le site Arteliveweb), en m’interrogeant toutefois sur sa capacité à se renouveler, s’échapper d’une texture sonore aussi uniforme, épurée. Peut-être, en explorant à nouveau une palette de samples vocaux ou en donnant vie à ses instruments sur scène comme sur The Wilhem Scream avec ce gimmick guitare son clair sorti des Années 80 qui clôtura le spectacle.

2 Commentaires

  1. Ping : Top 2011 : La bande originale de l’année | Bazar MusiKal

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :