And So I Watch You From Afar – Gangs (of Belfast)


Du haut des collines de notre pauvre Belfast, je contemple une ville habitée de toutes sortes de fureurs et blessée par ses propres saillies : l’Histoire me revient en mémoire mais laissons la sur le bord du chemin un instant, pour s’engouffrer dans les ruelles chaudes du Béal Feirste, celles dont (And soI Watch You From Afar  bat le pavé invariablement.

Généralement associé au courant Post, le quatuor de Belfast s’affranchit des chapelles et des clans pour tracer une voie qui emprunte aussi bien au Math/Hard-Core (Lightning Bolt, Giraffes?Giraffes!…), au mainstream façon 65DaysofStatic et au style des pionniers déconstructeurs de Don Caballero. Leur album Gangs est sorti fin avril dernier sur le label Richer Collective

Il y a une dominante progressive qui habite ces morceaux directs, aux fuselages inédits et imparfaits. Phrasé irlandais aux accents Foals et Two Doors Cinema Club, comme sur Beautifuniversemasterchampion. La bande des 4 ne reculent devant rien, pas même une certaine grandiloquence, plutôt heureuse, mais malheureusement le morceau tourne en rond. Gang (starting never stopping) est beaucoup plus riche. A mi-chemin, on ralentit le rythme. Retenue toutefois, car on a encore du mal à se défaire d’une lourdeur un peu pataude. Heureusement, Search Party Animals réussit la synthèse entre riffs à la « Deftones » et les embardées de guitares, rattrapées et brûlées par le manche ; Le math comme une ligne droite à la brutalité mécanique.

Première pause : 7 billion people All Alive at Once s’ouvre sur une guitare clinquante, très flat en son clair. Arrangements Do May Say Think et une structure post beaucoup plus classique (calme/montées). Puis une accélération en 3/4 surprenante pour accrocher un son pop et des choeurs très 2010’s. Si le mélange peut surprendre ou en décourager quelques-uns, il a le mérite de la fraîcheur.

Think:Breathe:Destroy danse sur un thème très court, succédané chaleureux d’un « bend jazzy » ornemental, aux tons métalliques ou orientaux, on ne sait pas vraiment. Succession de contines alambiquées aux multiples détours, qui finissent par nous perdre.

Homes est un intermède post resplendissant, une onde dégourdie, un verre soufflé par une flûte enchanteresse. Foals rôde dans les parages.

« Homes 2 » – Samara to Belfast – souffle sur les braises. Apaise, renchérit et achève, le mal et l’incertitude. 10 minutes d’éparpillement remarquables. Thèmes majeurs, aussitôt renversés sans jamais se contredire. Un meddley fondu de notes et de suggestions, sans supercherie.

Lifeproof conclue l’album sans vraiment parvenir à lui donner une couleur distinctive. Composition très proche d’Explosions in the Sky. Strates de guitares tantôt furieuses ou bien gracieuses, mais pas franchement libératrices. Fin débridée, comme à la foire, dans une samba de tambours brésiliens.

L’album est en écoute sur Bandcamp et Spotify

3 Commentaires

  1. Ping : Top 2011 : La Bande Originale | Bazar MusiKal

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :