Mogwai – Hardcore Will Never Die, But You Will


Nous y voilà, face à ce nouveau Mogwai, intitulé « Hardcore will never die and you will« . Et le moins que l’on puisse dire c’est que ces écossais vont en surprendre plus d’un avec ce nouvel opus, 7ème d’une lignée remarquable.

Après « Mister Beast » (2006) et « The Hawk is Howling« (2008), le quintette Post-Rock revient avec la volonté non dissimulée de renouveler le genre, explorer de nouveaux territoires rythmiques dans leur atelier des orfèvreries sonores.

« White Noise » et « Mexican Prix » ouvrent le bal : La première est introduite à la manière d’un Battles puis laisse présager d’une suite aux limites de la Pop, fûts martelés et deuxième guitare saccadée. A cette épopée romanesque succède un second morceau plus suggéré, imprégné du son Lali Puna. Une voix étrangère, inédite dans l’univers des écossais, effacée et murmurée. Nuées électro environnantes.

Puis l’on attaque les choses sérieuses avec le très rock « Rano Pano » : une texture sonore reconnaissable entre toute et une entrée en matière terrifiante et brutale. Guitares aspirées, entrant par vagues successives. Quelque chose de délicieusement malsain à la manière de « We’re no here« .

« Death Rays » présente une construction similaire à « Kids will be skeletons » ; refrain appuyé, renfrogné autour du redoublement guitares/batterie, une basse tourbillonante enveloppée dans une auréole douce-métallique.

« San Pedro » est très noisy, tendue et haletante à la manière de « Batcat ». Un de mes morceaux préférés de cet nouvel album : Thème central accrocheur. Un son presque métal dans la veine de certains Smashing Pumpkins.

Notre route se poursuit avec « Letters to the Metro« , assez fade malheureusement. Questions/réponses piano guitares, points de suspensions immédiatement nuancés par un thème doux et mélancolique. « George Square Thatcher Death Party » nous ramène sur le droit chemin, avec une utilisation du vocoder (voix) inédite : un son plus direct pour des constructions musicales qui réduisent le champs des possibles, consument les rares images évocatrices.

Avec « How to be a Werewolf« , le jeu est écourté. Apparaît un mur sonore qui, dans un jeu de va et vient, s’efface sporadiquement pour laisser place à une mélodie enivrante. En sortie, les glissés à la guitare, à la recherche d’un ADN musical renouvelé, invoquent insidieusement des tonalités indiennes.

Les terres vierges sont conquises : au coeur de cette terra incognita balisée, s’épanouit un refrain en descente répétitive. Un violon fait son apparition. Jamais un synthé n’aura été aussi présent dans un morceau de Mogwai, quelque chose de proprement religieux dans ce « Too Raging to Cheers« . Territoires apprivoisés, « You’re Lionel Ritchie » (drôle quand même), où les pionniers du post-rock se sont font plus impatients, charmés que nous sommes par les guitares malicieusement arpégées, bientôt surpris par une basse rebondissante. Choeurs libérateurs, bouffées d’oxygène dans un brasier électrique.

Pour finir, cette marche nocture en 5 temps, «  »Music for a forgotten Future« . A l’unisson s’attrapent et s’encouragent guitares, piano et violon. Le goût des silences retrouvé, construit à l’image d’une bande-son, avec ces pièces musicales imbriquées et solennelles. Là où l’album dans ses premiers morceaux accélérait sans trop de raisons, on se réconcilie avec cette lenteur souveraine, quelque chose de sacré, gracieux qui nous rapproche de l’apaisement.

L’album après un départ poussif, se densifie, raccroche la matière Rock. Efforts sans nul doute d’évoluer et parti pris du changement, bien que le vernis musical reste le même. Après quelques fulgurances (« Rano Pano » et « San Pedro »), les 3 derniers morceaux redonne corps à cet édifice à l’architecture nouvelle, suffisant pour en faire une oeuvre réussie aux yeux de ses contemporains?

En écoute sur le lecteur Spotify ou Deezer :

4 Commentaires

  1. Ping : Top 2011 : La bande originale de l’année | Bazar MusiKal

  2. Ping : Mogwai – Rave Tapes | Le Bazar

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :