Les petites boîtes à lumière des services de streaming


Opérateurs de streaming, allumez un cierge, vous serez surpris du résultat!

En quittant le parvis extérieur pour s’engouffrer dans l’obscurité d’une église italienne où s’exposent les croix, tableaux et autres retables, le badaud sera surpris de voir scintiller par intermittence des petites boîtes à lumière, typiques au pays de Dante.

Les italiens, remarquables filous et un brin mercantiles, ont en effet monétisé la chose en recourant au procédé suivant :

Au-delà du fait que les « lampions » ne fonctionnent qu’une fois sur deux, le temps d’illumination est inversement proportionnel au renom de l’oeuvre d’art qu’elles arrachent à l’obscurité: « deux minutes pour un caravage, cinq pour une sombre vierge avec ou sans enfant et [à peine trente secondes] pour un petit christ à la beauté primitive, le visage épais et les yeux en amande » (1)

A bien y réfléchir, je me suis dit qu’il s’agissait là d’un modèle freemium extrêmement efficace :

L’accès au batiment est gratuit, on peut y observer l’architecture minutieuse, flâner à travers la nef, mais la consultation « optimale » des oeuvres qu’elle recèle, nécessite tout de même de verser son obole au denier du culte.

En incitant les visiteurs à entrer librement dans le batiment, on offre à la curiosité de chacun un pan entier du patrimoine existant. On lui laisse découvrir la finesse et la richesse des lieux en éveillant sa sensibilité à l’art et l’architecture religieux. Mais quand vient le moment de s’attarder en détails sur une oeuvre, il faut alors mettre la main au porte-monnaie. Certes, il y aura toujours quelques passager-clandestins, qui attendent qu’un plus fortuné qu’eux veuillent bien glisser une petite pièce à leur place, mais d’une manière générale l’opération est tout à fait juteuse.

Revenons à la musique :

Un tel modèle peut-il s’appliquer dans le cas des services de streaming musical? Ne serait-ce pas là un levier, parmi d’autres, qui permettrait de monétiser davantage certains services ou catalogues?

Imaginons un peu la chose : lorsque l’utilisateur sélectionnerait des oeuvres connues et populaires (ou un ensemble de hits du moment, d’artistes référencés, de nouveautés ou encore de fichiers ayant dépassé un seuil de stream au cours du dernier mois), la fréquence des publicités augmenterait, la qualité sonore diminuerait. les oeuvres moins exposées, quant à elles, seraient mises en avant en recourant au procédé inverse cette fois-ci.

Tue-l’amour? Tue-l’audience?

Allez savoir, mais le procédé favoriserait sans doute la souscription aux offres premiums (sans publicité et offrant une qualité audio nettement supérieure) et/ou la consultation d’oeuvres moins connues (à la recherche de la longue traîne…).

Sur le premier point, le coût d’accès à la version premium doit demeurer attractif : je pense à l’offre deezer à 4,99 € par mois ou celles proposées par MOG et We7, à l’occasion de leur lancement, qui s’élèvent à 4,99 €/$.

Sur le second dernier point, l’idée que l’ère numérique allait engendrer une longue traîne a fait long feu : on sait maintenant que la consommation des oeuvres musicales reste extrêmement faible au regard de l’ensemble des catalogues numérisés et disponibles en streaming ou au téléchargement.

Le procédé de mise en avant des oeuvres moins exposées permettrait (toute proportion gardée bien sûr) d’atténuer ce phénomène de concentration.

(1) n’ayant jamais mis les pieds dans une église italienne, je remercie Mathias Enard et Acte Sud de m’autoriser à publier sur ce blog les quelques lignes précédentes : Zone, Mathias Enard, Acte Sud, 2008, p.243.

 

Laisser un commentaire, un bon mot, une remarque...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :